mardi 19 février 2019

Un petit point sur ma PAL

Qui dit résurrection du blog, retour à de la lecture SFFF... dit tour d'horizon de ma PAL, chose que je n'ai pas dû faire depuis au moins un an et demi...!

Après un GRAND tri de la tonne de services de presse de romans ados/young adult accumulés ces deux dernières années, j'ai enfin l'impression de respirer en regardant ma bibliothèque, et j'y redécouvre des petites merveilles.

Fantasy :
  • Les Annales de la Compagnie Noire de Glenn Cook (j'ai pratiquement la série complète chez l'Atalante, et jamais ouverte)
  • La Trilogie de l'Empire de Raymond E. Feist et Janny Wurts (arrêtée au milieu du tome 2 il y a bien 2/3 ans, mais ça m'a tellement marqué que je suis sûre que je ne serai pas perdue en reprenant où j'en étais)
  • Waylander de David Gemmell
  • Le Soldat Chamane intégrales 2 & 3 de Robin Hobb (ça va être lu rapidement vu que je viens de commencer)
  • Le Fou et l'Assassin, tome 3 de Robin Hobb
  • Chasse Royale de Jean-Philippe Jaworski (bon, là, j'avoue, faudra recommencer depuis le début, donc je vais attendre que la série soit terminée)
  • La Part des Ombres / Maîtresse de Guerre de Gabriel Katz
  • La Ballade de Pern de Anne McCaffrey (je n'en ai lu qu'un de tout le cycle, il y a du boulot !)
  • Téméraire, tome 1 de Naomi Novik
  • Dernières nouvelles de Majipoor de Robert Silverberg (c'est absurde, car je n'ai que le dernier tome du cycle)
  • L'arcane des Epées, intégrale 1 de Tad Williams
  • La Voie des Rois, tome 2, de Brandon Sanderson (il est déjà bien entamé, mais j'avoue que je sèche un peu)
Science Fiction :
  • Atlantis de Pierre Bordage
  • L'Odyssée du Temps, tome 1 de Arthur C. Clarke et Stephen Baxter
  • Loterie Solaire / Paycheck de Philip K. Dick
  • La Cité de l'Orque de Sam Miller
  • Le Monde Inverti de Christopher Priest
  • Le Monde des A / La Faune de l'Espace / Les Opérateurs Humains de A. E. Van Vogt
  • La collection presque complète des Jules Verne
  • L'Homme Invisible de H. G. Wells
Quand je vois cette PAL un-peu-grande-mais-pas-tant-que-ça, je me dis que j'ai de bons moments de lecture qui m'attendent, sans compter le fait que je n'ai presque rien acheté en 2 ans.

Maintenant, aidez-moi... je commence par quoi ?

lundi 18 février 2019

Le Soldat Chamane, intégrale 1 - Robin Hobb


Par son rang de naissance, Jamère est promis à une brillante carrière militaire. Son père, le colonel Burvelle, anobli par le roi sur le champ de bataille, n'a pas attendu qu'il ait atteint l'âge d'intégrer l'école militaire pour lui imposer une discipline de fer et lui inculquer les rudiments de son éducation martiale. Mais que doit-il penser lorsque son père le confie aux soins d'un inquiétant guerrier nomade, un chamane qui l'entraîne dans un rêve dont il ressortira changé à jamais ? Car Jamère a beau essayer de toutes ses forces d'enfouir ce souvenir au plus profond de lui-même, sa compréhension du monde a été altérée. Appartient-il encore à la culture rigide dont il est issu, ou bien à cette nature primitive et puissante qu'il sent s'exprimer sous le vernis social ?

xxx

Ma précieuse Robin HOBB, qui a fait palpiter mon coeur au rythme des aventures de FitzChevalerie dans L'Assassin Royal, j'ai attendu des années avant d'oser me lancer dans une autre de ses séries, avec un autre personnage que lui...
Etait-ce la peur de ne pas accrocher à un autre univers ?
Etait-ce parce que Fitz prend une place particulière dans mon coeur, et je doutais de mes capacités à aimer un autre personnage autant ?

Finalement, c'est quand j'ai décidé de m'intéresser au chamanisme comme inspiration personnelle (pour de la peinture notamment) que je me suis dis qu'il était grandement temps d'entamer cette saga.

Je n'ai que très vaguement lu les avis sur tout ce qui est de l'auteure autre que l'Assassin Royal, et tout ce qui en est ressorti est que c'était forcément moins bien. Mais moins bien qu'excellent, ça peut quand même être génialissime. C'est donc sans un seul à-priori que j'ai entamé cette nouvelle aventure aux côtés de Jamère, et que j'ai plongé dans un univers inspiré des cow-boys et indiens.

Je retrouve tout ce que j'aime de l'auteure : les longues descriptions passionnantes, l'apprentissage au fil des ans, les erreurs du personnage principal, une critique de la vie et de la société qui est toujours très profonde, pour peu qu'on prenne le temps de réfléchir aux idées que l'auteure distille dans son texte.
L'approche de la guerre comme moyen d'étendre le territoire, de répandre la "bonne manière de vivre" (à savoir celle du cow-boy blanc avec son arme à feu et sa technologie, face à un peuple indigène nomade qui fait évidemment penser aux amérindiens) fait froid dans le dos. Le point de vue du père de Jamère, ainsi que des autres aristocrates fait vraiment réfléchir et donne envie de secouer Jamère un grand coup pour qu'il prenne du recul. Et en même temps, une petite voix me dit constamment au cours de ma lecture "tu as affaire à Robin Hobb, tu sais qu'il va découvrir par lui-même ce qui est juste, soit patiente avec lui".

C'est exactement CA que j'aime chez Robin Hobb : cette capacité à rendre ses personnages vivants et humains, avec des défauts, avec un réel apprentissage au fil des pages. Et autant vous dire, il y a du boulot, car le héros est tellement modelé par la société dans laquelle il évolue, il représente tellement le parfait petit soldat qui ne réfléchit pas trop, qu'il se retrouve facilement choqué et perturbé par les événements auxquels il fait face.

J'ai trouvé particulièrement intéressantes les confrontations avec sa cousine Epinie, qui est un sacré numéro et qui va complètement contre l'image de la femme de l'époque. Elle ne se tient pas correctement, refuse de respecter les codes et se bat pour que la femme ne soit plus un élément qui fait fonctionner la maison de son mari, mais puisse être une personne épanouie à part entière.

Durant toute ma lecture, j'ai grincé des dents, j'ai fais la grimace de toutes les âneries que proclament la plupart des personnages avec qu'une hâte : que Jamère ouvre enfin les yeux sur le monde dans lequel il vit et qu'il ait un rôle actif sur l'évolution de l'histoire.
Vivement la suite !

jeudi 7 février 2019

2018 en bref -

L'air de rien, j'ai 1 an de critiques à rattraper, et je ne dois pas me souvenir de la moitié de ce que j'ai lu. Je vais essayer de résumer mes impressions générales de ceux que j'ai lu qui méritent de s'y attarder. (ça va être rapide, entre nous, parce que j'ai pas été super efficace).


Le Puits des Mémoires, tome 3 - Katz

GROS coup de coeur, mais rien de surprenant à ça.
J'ai préféré cette trilogie à Aeternia.
Les personnages sont plus variés, plus attachants, l'histoire pleine de surprises et de non-surprises (on s'attend toujours à tout avec lui).
Et puis... j'ai rigolé, évidemment, parce que le cynisme de Katz, il marche à tous les coups. Les personnages sont géniaux, humains, on a l'impression de s'être fait trois amis en lisant cette trilogie.



Shades of Magic - Schwab

J'avais pas mal d'attentes, et même si l'univers est très complet, plutôt original, que le style est parfait et les personnages attachants, je suis un peu passée à côté.
Je n'ai pas réussi à me plonger dans l'univers, je suis restée spectatrice de la lecture.
Par contre, chapeau à l'objet : le livre est sublime.




Faërie - Feist

Un thriller fantastique qui a tout pour être passionnant, et dont l'histoire est riche et bien construite, mais qui laisse malheureusement de marbre par un style qui laisse le lecteur sur la touche.
Les personnages ne sont pas attachants, pas même réalistes tant ils sont clichés. Un potentiel énorme, malheureusement gâché, mais qui ne fait pas non plus regretter la découverte, tant le fond est intéressant.



Gardiens des Cités Perdues (tomes 1 à 4) - Messenger

MAGIQUE.
Ca fait très longtemps que je n'avais pas lu une saga pour ados aussi bien écrite, bien construite, avec des personnages attachants et un univers un peu original.
C'est une merveille, qui malheureusement risque de s'étouffer avec les tomes, donc à surveiller de près, mais qui pour l'instant fait mouche.




The Hate U Give - Thomas

Est-ce que, quand on est Noire et qu'on aime un Blanc, on renie le quartier d'où on vient ? Est-ce que, quand on se tait parce qu'on a peur, on devient un lâche ? Est-ce que la justice existe encore ? Est-ce que le flic qui a tué le meilleur ami de Starr devant ses yeux va payer pour son crime ?
Autant de questions qu'on se pose, de recul à prendre à la lecture de THUG. Une magnifique histoire, malheureusement bien trop inspirée de la réalité. Un livre plus que poignant : c'est un appel au changement.



La Horde du Contrevent - Damasio

Pas très surprenant : j'ai adoré.
En même temps, comment ne pas apprécier un univers aussi original, une histoire qui renverse totalement les codes du genre ?
Avec en prime un côté alpinisme qui ne peut que me convaincre.
Une merveille, à lire absolument.


Le Trône des Etoiles - Belleza

Grosse déception.
On me l'avait vendu comme un "Roméo et Juliet" de l'espace, ce qui déjà ne fait pas trop rêver, mais en plus est totalement faux. Je suis exigeante dès qu'il s'agit de SF, et là on enchaîne cliché sur cliché. L'histoire est bateau, j'ai vu venir la fin à des kilomètres.
Il peut éventuellement être intéressant pour les ados qui ne connaissent pas le genre, c'est un space opera très fluide et abordable.
Mais pour les amateurs, fuyez, pauvres fous !


La Planète des 7 dormants - Aymon

Là, on parle ! Une pépite, de la SF comme je l'aime, qui a tout ce qu'il faut côté réflexion et critique de la société.
Ce livre est le digne héritier des romans de Bradbury, Orwell et autres incontournables du planet opera, le tout dans un style très abordable pour lecteurs débutants.
Ca m'a redonné espoir dans la SF pour ados.



L'Anti-Magicien - De Castell

Un roman de magie, d'apprentissage qui est percutant par sa justesse d'analyse de l'Homme. Kelen doit passer ses épreuves de mage, mais son faible pouvoir le quitte de plus en plus. Comment accepter  le fait d'être faible et de faire tâche dans sa famille parfaite ? Comment tourner cette faiblesse en force ?
Pour une fois, on a un héros qui n'est pas un élu, qui ne va pas sauver le monde, car il est vraiment mauvais. Il va devoir trouver une autre manière de se démarquer, voir simplement de survivre.



Le Secret de Lomé - de Lys

Cliché.
Pas très bien écrit.
C'est à peu près tout ce que j'ai retenu de cette lecture.
Très ado, en quelque sorte.
C'est probablement bien pour ce public, perso c'est pas du tout ma came.




Push! la vie au bout des mains - Caldwell

Je dois vraiment être mordue d'escalade pour avoir trouvé ce pavé absolument passionnant.
Histoire vraie, c'est le récit de la vie de Tommy Caldwell, l'un des meilleurs grimpeurs actuels, qui a connu un grand lot de mésaventures dans sa vie. C'est grisant, j'avais les mains moites à la lecture de certains passages. Je ne pensais pas un jour trouver génial de lire de grandes descriptions sur les grattons d'un mur, les réglettes, cheminées, failles et autres prises.


La Voie des Rois 1 - Sanderson

Je suis sceptique. Il n'y a pas à dire : c'est grandiose, passionnant, génialissime. Probablement une des meilleures séries de fantasy de tout les temps.
Mais... même si j'ai dévoré la première partie du tome 1, je décroche à la moitié de la deuxième. Je crois que la saga est un peu trop grandiose pour la panne de lecture que je me traîne depuis des mois.
Une chose est sûre, par contre : je la reprendrai et la finirai, quand j'aurais un peu plus de temps devant moi.


N'oublie pas mon petit soulier - Katz

J'ai fini l'année comme je l'ai commencée : avec Gabriel.
Lecture de Noël sans prise de tête, elle fait son effet : divertissante, amusante, rapide. C'est simple et efficace, comme toujours.

J'ai moins aimé que sa fantasy, mais en même temps le but est vraiment d'exploiter le potentiel humour noir dans une histoire tirée par les cheveux, et qui est digne d'une bonne comédie, plus que d'un thriller.
Ca m'a rappelé La Nuit des Cannibales, en beaucoup mois sombre.


Bien sûr, entre tout ça, il y a eu un paquet d'autres lectures. Des choses bonnes ou moins bonnes, mais que j'estimais n'avaient pas assez de lien avec le blog pour en parler.
2018 est donc bouclée. Place à 2019.

vendredi 1 février 2019

Il est pas un peu tard pour souhaiter la bonne année ?

2018, ou comment j'ai perdu mon esprit critique.

Il y a un an, pratiquement jour pour jour, je publiais le dernier article de ce blog. Mais il s'est passé quoi, entre temps, pour que j'oublie le chemin de Blogger et que le dragon arrête de lire ?


A vrai dire, je crois que je me coltine une bonne vieille panne de lecture, ce genre de maladie qui commence par de petits symptômes légers, et avant qu'on ait le temps de le voir venir, on se retrouve avec une vieille toux dont il est dur de se débarrasser.

J'ai traîné ma toux pendant presque un an, conséquence probable d'une vie IRL plutôt mouvementée et passionnante, qui m'a tenue éloignée de ma bibliothèque et de cette merveilleuse occupation solitaire qu'est la lecture.
Je crois, tout simplement, que j'avais moins besoin de cette solitude.

A ça, on ajoute un désintérêt grandissant pour le rayon dont je m'occupe à la librairie : la jeunesse.
Ca commençait à me sortir par tous les orifices. Les histoires de fantasy mal construites, les triangles amoureux et tout le "pack young adult", j'ai eu ma dose, et ça m'a enlevé mon plaisir principal : l'amour de la lecture (sans oublier que conseiller du T'choupi, Peppa Pig et autres, c'est pas ma principale passion).

Mais ça y est ! Ô victoire ! 2019 est l'année du changement : j'ai réussi à convaincre l'équipe que je serais vraiment mieux et plus épanouie ailleurs, et je devrais rapidement rejoindre mon petit "bébé", le rayon SFFF.
Fini de culpabiliser quand je lis un pavé de 1000 pages au lieu de 3 nouveautés pour ados. A moi les grandes épopées interstellaires, la magie, et les batailles médiévales.
A moi Robin Hobb, George R.R. Martin, Robert Silverberg et autres auteurs fétiches. 

Je rentre à la maison.
Je ne vais plus lire "pour le boulot" mais parce que ça me rend heureuse.

Bref, vous l'aurez compris, la vilaine toux est en train de passer.

Bien sûr, vous vous doutez, un rayon SFFF dans une librairie ne suffit pas à occuper un 35h, donc ce n'est pas le seul bébé que je récupère à charge. 'Vais maintenant devoir me mettre au polar, et là je vous assure qu'il y a du boulot. J'ai du en lire 3 dans ma vie. Donc si vous avez des recommandations des incontournables en policier/polar/thriller, je suis preneuse.

(Pour le reste, m'occupe aussi du voyage, et ça c'est de la BALLE, et de l'épanouissement personnel, et ça c'est aussi de la BALLE parce que les livres ésotériques-chamaniques-chelous, je trouve ça fascinant).

Sur ce, bonne année, en espérant qu'au retour de la lecture se joigne un retour de l'écriture, et que vous allez me revoir avant 2020.

mardi 20 février 2018

Le Puits des Mémoires, tome 2 : Le Fils de la Lune - Gabriel Katz


Fuyant le royaume d’Helion où leur tête est mise à prix, Nils, Karib et Olen s’embarquent pour Woltan, sur les traces de leur identité. Pourquoi ont-ils assassiné le plus puissant roi du monde ? Dans leur quête de la vérité, ils vont découvrir un royaume fascinant, colossal, aux frontières des terres barbares. Mais leurs poursuivants n’ont pas abandonné la traque…

Pour les fugitifs sans mémoire, c’est l’heure des révélations, et de la plongée dans le grand nord, où leur vie ne tient qu’à un fil.

xxx

Quel énorme coup de coeur que ce deuxième tome du Puits des Mémoires ! Je me dois de rappeler que le tome 1 m'avait beaucoup plu, contrairement à Aeternia qui m'avait laissée plutôt sceptique. Là, avec ce tome 2, je suis conquise.

Le style est léger, drôle, mais l'histoire reste sombre, et l'équilibre entre les deux est parfaitement dosé, à l'instar des trois personnages principaux, Nils, Karib et Olen, qui se complètent totalement.

J'ai adoré ces trois gars là : ils sont drôles au possible, et m'ont valu quelques fous-rires (dans des lieux publics, sinon ce n'est pas drôle). Et pour autant, Gabriel Katz les malmène totalement : il leur en fait voir de toutes les couleurs et leur donne des rôles peu enviable, lorsqu'on découvre enfin qui ils sont. Leur amitié est le point fort de la série.

L'amnésie des personnages est aussi un moyen assez sympa d'explorer l'idée d'un départ de zéro. On s'habitue à la nouvelle personnalité des trois gars, mais quand on vient à découvrir qui ils étaient avant leur perte de mémoire, on ne peut que se demander qui ils sont vraiment. Est-ce qu'ils doivent être définis par la personne qu'ils ont été pendant plus de 30 ans, ou est-ce que l'identité qu'ils ont développée en devant survivre tous les trois est plus vraie, plus honnête ? J'aime beaucoup toute la réflexion que cela peut apporter.

Et je ne peux pas parler de ce bouquin sans parler "rebondissement", le pire d'entre eux étant le twist final. Ma seule question est : comment ont survécus ceux qui ont du attendre la sortie du tome 3 ?

Faerie - Raymond E. Feist


La vieille ferme isolée dans les bois les avait séduits. La maison était splendide et étrange, spacieuse et pleine de recoins secrets. Phil et Gloria pensaient y trouver le calme après la vie agitée des studios de cinéma californiens. Mais derrière les portes des maisons anciennes, sous les ponts perdus au fond des bois, se cachent souvent des êtres magiques et forces obscures, et la maison du vieux Kessler ne fait pas exception. Les enfants du couple sont les premiers à y être sensibles. D'abord les jumeaux, qui y voient la présence des fées et du vieux peuple des légendes ; ensuite leur fille, dont la beauté attire les désirs d'êtres plus inquiétants... Jusqu'à ce qu'ils deviennent tous les jouets de puissances inconnues, pions dans une guerre éternelle et sanglante, dont dépend le sort de la Terre : quand les maîtres du grand pacte avec les forces de la lumière et des ténèbres, héritiers des druides celtes et des grands prêtres des religions anciennes, surgissent de la nuit pour confirmer leur règne de peur et de secret.

xxx

ENFIN. Grâce à la lecture commune organisée sur Lecture Imaginaire, j'ai pu découvrir celui qui est considéré par beaucoup comme un monument. Il traînait dans ma PAL depuis un moment, et avant ça dans ma wish-list depuis encore plus longtemps.

C'est sans a-priori que je suis entrée dans l'univers fantastique dépeint par Feist. Comme souvent, je n'avais qu'une vague idée de ce dans quoi j'embarquais, car je ne lis jamais les résumés des livres. On découvre rapidement une famille américaine clichée, dans un univers froid et pluvieux (ou alors c'est la météo dehors qui m'a donnée cette impression ?). J'ai été happée dès les premières pages, mais c'est avec plus de réserve que j'ai avancé dans ma lecture.

Rapidement, on se rend compte que le style a un peu vieilli, car les dialogues ne sont plus du tout instinctifs pour notre génération. Ou, peut-être, est-ce du à un problème de traduction. J'ai trouvé que les jeunes de l'histoire ne faisaient pas jeunes du tout.
Ensuite, les personnages. J'ai parlé de cliché, mais c'est peu dire : la famille riche, qui a réussi, qui continue de réussir dans un claquement de doigts, qui a tout à portée de main (richesse, personnel, savoir). Les "amis" qui arrivent au bon moment, au bon endroit, selon les besoins de l'histoire. Il y a un manque de naturel énorme, ce qui empêche presque de s'attacher aux personnages. Presque, parce qu'il y a forcément un peu d'affinités quand on lit plus de 600 pages d'un roman. Mais franchement, ce qui leur arrivait ne me faisait ni chaud ni froid.

Le fond de l'histoire, lui, est passionnant : le folklore irlandais, des mythes vieux comme le monde et des créatures obscures qui rodent dans une forêt. Tout est fait pour être inquiétant, mais là encore ça ne prend pas. A aucun moment je n'ai ressenti de frisson ou d'inquiétude pour les personnages. Vraiment : il pouvait leur arriver les pires horreurs, je n'en avais rien à faire.

En plus de ça, j'ai trouvé que la fin traînait vraiment en longueur.
Des révélations qui se voulaient incroyables et passionnantes m'ont laissée de marbre, tout simplement parce que le style et le détachement dans lequel Feist garde son lecteur m'ont empêchés de plus m'investir dans ma lecture. Quelle déception, quel gâchis ! Une histoire si intéressante, si recherchée, et pourtant si "mal" écrite ! (je mets des guillemets, car on ne peut pas dire que ce soit mal écrit, c'est juste à l'opposé de ce que j'aime).

L'impression générale c'est que Feist se démène pour qu'on ne s'attache pas aux personnages par un style froid et distant, et des personnages nombreux qui ne sont pas du tout creusés. C'était sympa, il y a un potentiel énorme du côté de l'histoire, mais trop de distance avec le lecteur, ce qui fait que ça ne m'a pas du tout emballée.

mardi 23 janvier 2018

Quand vient la vague - Manon Fargetton & Jean-Christophe Tixier


Bouleversée, Nina quitte la maison familiale et jette ses clés dans une bouche d'égout... Quelques mois plus tard, Clément, son frère, se met à sa recherche. De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces "vagues" qui l'ont submergée, l'obligeant à tout quitter...

xxx

Le sujet est un peu bateau : une fille qui disparaît, son frère qui part à sa recherche. Cependant, le traitement du thème est plutôt sympa, et vraiment original : Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier parlent chacun pour un personnage, alternant les chapitres, les époques et les pronoms. "Je" pour Nina, et "il" pour Clément. Impossible de définir qui a écrit quelle partie, c'est ce qui rend la lecture si intéressante.

J'ai été touchée par certains passages, notamment celui où Nina est assise sur un banc, lorsqu'elle fait la connaissance de Jules, qui lui montre l'importance d'observer les autres et de ne pas se recentrer sur soi-même. L'observation est une chose importance dans la vie, elle va de pair avec l'altruisme. J'ai trouvé le point de vue de Jules très intéressant.

De même, quand Clément mentionne le vide qui entoure l'absence de Nina, je me suis reconnue. Il n'y a rien qui puisse remplacer une enfance vécue à plusieurs : quand on a des frères et soeurs, qu'ils sont proches en âge, ils sont un témoin direct de tout ce qu'on a vécu, une preuve de ce par quoi on est passé, et quand l'un d'eux manque, c'est une partie de nous qui manque. Les mots que l'un des deux auteurs a mis sur cette absence m'ont vraiment touchée.

C'est un beau livre, très agréable à lire, qui j'espère trouvera sa place dans les bibliothèques des ados.