mardi 20 février 2018

Le Puits des Mémoires, tome 2 : Le Fils de la Lune - Gabriel Katz


Fuyant le royaume d’Helion où leur tête est mise à prix, Nils, Karib et Olen s’embarquent pour Woltan, sur les traces de leur identité. Pourquoi ont-ils assassiné le plus puissant roi du monde ? Dans leur quête de la vérité, ils vont découvrir un royaume fascinant, colossal, aux frontières des terres barbares. Mais leurs poursuivants n’ont pas abandonné la traque…

Pour les fugitifs sans mémoire, c’est l’heure des révélations, et de la plongée dans le grand nord, où leur vie ne tient qu’à un fil.

xxx

Quel énorme coup de coeur que ce deuxième tome du Puits des Mémoires ! Je me dois de rappeler que le tome 1 m'avait beaucoup plu, contrairement à Aeternia qui m'avait laissée plutôt sceptique. Là, avec ce tome 2, je suis conquise.

Le style est léger, drôle, mais l'histoire reste sombre, et l'équilibre entre les deux est parfaitement dosé, à l'instar des trois personnages principaux, Nils, Karib et Olen, qui se complètent totalement.

J'ai adoré ces trois gars là : ils sont drôles au possible, et m'ont valu quelques fous-rires (dans des lieux publics, sinon ce n'est pas drôle). Et pour autant, Gabriel Katz les malmène totalement : il leur en fait voir de toutes les couleurs et leur donne des rôles peu enviable, lorsqu'on découvre enfin qui ils sont. Leur amitié est le point fort de la série.

L'amnésie des personnages est aussi un moyen assez sympa d'explorer l'idée d'un départ de zéro. On s'habitue à la nouvelle personnalité des trois gars, mais quand on vient à découvrir qui ils étaient avant leur perte de mémoire, on ne peut que se demander qui ils sont vraiment. Est-ce qu'ils doivent être définis par la personne qu'ils ont été pendant plus de 30 ans, ou est-ce que l'identité qu'ils ont développée en devant survivre tous les trois est plus vraie, plus honnête ? J'aime beaucoup toute la réflexion que cela peut apporter.

Et je ne peux pas parler de ce bouquin sans parler "rebondissement", le pire d'entre eux étant le twist final. Ma seule question est : comment ont survécus ceux qui ont du attendre la sortie du tome 3 ?

Faerie - Raymond E. Feist


La vieille ferme isolée dans les bois les avait séduits. La maison était splendide et étrange, spacieuse et pleine de recoins secrets. Phil et Gloria pensaient y trouver le calme après la vie agitée des studios de cinéma californiens. Mais derrière les portes des maisons anciennes, sous les ponts perdus au fond des bois, se cachent souvent des êtres magiques et forces obscures, et la maison du vieux Kessler ne fait pas exception. Les enfants du couple sont les premiers à y être sensibles. D'abord les jumeaux, qui y voient la présence des fées et du vieux peuple des légendes ; ensuite leur fille, dont la beauté attire les désirs d'êtres plus inquiétants... Jusqu'à ce qu'ils deviennent tous les jouets de puissances inconnues, pions dans une guerre éternelle et sanglante, dont dépend le sort de la Terre : quand les maîtres du grand pacte avec les forces de la lumière et des ténèbres, héritiers des druides celtes et des grands prêtres des religions anciennes, surgissent de la nuit pour confirmer leur règne de peur et de secret.

xxx

ENFIN. Grâce à la lecture commune organisée sur Lecture Imaginaire, j'ai pu découvrir celui qui est considéré par beaucoup comme un monument. Il traînait dans ma PAL depuis un moment, et avant ça dans ma wish-list depuis encore plus longtemps.

C'est sans a-priori que je suis entrée dans l'univers fantastique dépeint par Feist. Comme souvent, je n'avais qu'une vague idée de ce dans quoi j'embarquais, car je ne lis jamais les résumés des livres. On découvre rapidement une famille américaine clichée, dans un univers froid et pluvieux (ou alors c'est la météo dehors qui m'a donnée cette impression ?). J'ai été happée dès les premières pages, mais c'est avec plus de réserve que j'ai avancé dans ma lecture.

Rapidement, on se rend compte que le style a un peu vieilli, car les dialogues ne sont plus du tout instinctifs pour notre génération. Ou, peut-être, est-ce du à un problème de traduction. J'ai trouvé que les jeunes de l'histoire ne faisaient pas jeunes du tout.
Ensuite, les personnages. J'ai parlé de cliché, mais c'est peu dire : la famille riche, qui a réussi, qui continue de réussir dans un claquement de doigts, qui a tout à portée de main (richesse, personnel, savoir). Les "amis" qui arrivent au bon moment, au bon endroit, selon les besoins de l'histoire. Il y a un manque de naturel énorme, ce qui empêche presque de s'attacher aux personnages. Presque, parce qu'il y a forcément un peu d'affinités quand on lit plus de 600 pages d'un roman. Mais franchement, ce qui leur arrivait ne me faisait ni chaud ni froid.

Le fond de l'histoire, lui, est passionnant : le folklore irlandais, des mythes vieux comme le monde et des créatures obscures qui rodent dans une forêt. Tout est fait pour être inquiétant, mais là encore ça ne prend pas. A aucun moment je n'ai ressenti de frisson ou d'inquiétude pour les personnages. Vraiment : il pouvait leur arriver les pires horreurs, je n'en avais rien à faire.

En plus de ça, j'ai trouvé que la fin traînait vraiment en longueur.
Des révélations qui se voulaient incroyables et passionnantes m'ont laissée de marbre, tout simplement parce que le style et le détachement dans lequel Feist garde son lecteur m'ont empêchés de plus m'investir dans ma lecture. Quelle déception, quel gâchis ! Une histoire si intéressante, si recherchée, et pourtant si "mal" écrite ! (je mets des guillemets, car on ne peut pas dire que ce soit mal écrit, c'est juste à l'opposé de ce que j'aime).

L'impression générale c'est que Feist se démène pour qu'on ne s'attache pas aux personnages par un style froid et distant, et des personnages nombreux qui ne sont pas du tout creusés. C'était sympa, il y a un potentiel énorme du côté de l'histoire, mais trop de distance avec le lecteur, ce qui fait que ça ne m'a pas du tout emballée.

mardi 23 janvier 2018

Quand vient la vague - Manon Fargetton & Jean-Christophe Tixier


Bouleversée, Nina quitte la maison familiale et jette ses clés dans une bouche d'égout... Quelques mois plus tard, Clément, son frère, se met à sa recherche. De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces "vagues" qui l'ont submergée, l'obligeant à tout quitter...

xxx

Le sujet est un peu bateau : une fille qui disparaît, son frère qui part à sa recherche. Cependant, le traitement du thème est plutôt sympa, et vraiment original : Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier parlent chacun pour un personnage, alternant les chapitres, les époques et les pronoms. "Je" pour Nina, et "il" pour Clément. Impossible de définir qui a écrit quelle partie, c'est ce qui rend la lecture si intéressante.

J'ai été touchée par certains passages, notamment celui où Nina est assise sur un banc, lorsqu'elle fait la connaissance de Jules, qui lui montre l'importance d'observer les autres et de ne pas se recentrer sur soi-même. L'observation est une chose importance dans la vie, elle va de pair avec l'altruisme. J'ai trouvé le point de vue de Jules très intéressant.

De même, quand Clément mentionne le vide qui entoure l'absence de Nina, je me suis reconnue. Il n'y a rien qui puisse remplacer une enfance vécue à plusieurs : quand on a des frères et soeurs, qu'ils sont proches en âge, ils sont un témoin direct de tout ce qu'on a vécu, une preuve de ce par quoi on est passé, et quand l'un d'eux manque, c'est une partie de nous qui manque. Les mots que l'un des deux auteurs a mis sur cette absence m'ont vraiment touchée.

C'est un beau livre, très agréable à lire, qui j'espère trouvera sa place dans les bibliothèques des ados.

dimanche 21 janvier 2018

Trois de tes secrets - Julie Buxbaum


Jessie trouvera-t-elle qui est son mystérieux bienfaiteur ?

Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…

xxx
"Un jour, ma mère m'a dit que les gens se divisaient en deux catégories : ceux qui ont adoré leurs années lycée et ceux qui passent la décennie suivante à s'en remettre. Ce qui ne tue pas rend plus forts, disait-elle.
Pourtant, quelque chose l'a tuée, elle, j'ai survécu et je ne suis pas plus forte qu'avant."
Il y aurait un million de choses à dire sur ce livre, mais cette citation résume tout. Jessie a perdu sa mère, et depuis, elle est perdue. Elle manque de repères, d'autant plus que son père s'est remarié par la suite, et l'a fait traverser les Etats-Unis pour rejoindre sa nouvelle femme. Jessie essaie de survivre, en quelque sorte. Elle essaie de réapprendre à vivre, de réapprendre ce que c'est que d'être une adolescente. Elle ne connaît personne, jusqu'à ce qu'elle reçoive un mail anonyme d'une personne qui semble l'avoir prise en pitié et veut lui venir en aide.

Commence alors le début d'une nouvelle vie, où Jessie commence à s'adapter, à se refaire des amis, et pour la première fois, elle plaît aux garçons.

Trois de tes secrets est un roman fragile, doux, triste et en même temps plein d'espoir et d'optimisme. Il est vrai et juste sur la vie au lycée, les questions que se posent les ados.

Jessie est une héroïne brisée, qui a des failles. Elle m'a fait penser à plein de choses, à commencer par moi à son âge. Ce roman m'a perturbée, il a planté des graines de doute dans ma poitrine et m'a rappelé le mal-être que j'ai pu ressentir à cette époque, mais aussi que parfois c'était bien d'être adolescent, et de ne pas encore être adulte.

Une pépite, qui m'a touchée droit dans le coeur.

"Je m'essuie le nez d'un revers de la main. Les larmes montent, mais ne m'ont pas encore trahie en coulant. Elles attendent, au bord. Si un jour j'écris mes mémoires, c'est le titre que je leur donnerai : Au Bord."

jeudi 4 janvier 2018

Freaks' Squeele Funérailles, tomes 3 et 4 - Florent Maudoux



J'allais m'apprêter à écrire une chronique sur les quatre tomes parus de Funérailles, le spin off du comics Freaks' Squeele, quand une petite voix m'a dit.... "tu n'aurais pas déjà écris des chroniques dessus ?".


Effectivement, un article assez complet et similaire à ce que j'allais vous raconter a déjà été publié ici . Je vais éviter de radoter, et me contenter de vous donner de bonnes raisons de lire cette série :


  • elle est belle que ce soit le livre-objet ou les illustrations, le papier, la tranche noire... c'est un livre magnifique.
  • l'histoire est remplie de références, à la fois historiques (Jeanne d'Arc, la mythologie scandinave, le groupe Anonymous) et culturelles (des tableaux de maîtres qui sont parodiés, Batman que l'on aperçoit quelques fois, Assassins' Creed, mais aussi des visages d'acteurs comme celui de Nathalie Portman que l'on peut reconnaître dans un personnage).
    Je suis sûre que chaque lecteur en relèvera des différentes selon sa propre culture générale, et c'est ce qui est génial. L'auteur les glisse comme des clins d'oeils, que tous ne sauront pas relever.
  • l'histoire est sombre, complexe, violente, mais aussi très drôle, à condition d'aimer l'humour gras et noir. Je n'ai que très peu ressenti ça dans une lecture de comics. On a l'impression que l'auteur prend le lecteur au sérieux, mais en même temps qu'il fait tout l'inverse : tout ceci n'est qu'une grosse rigolade, son histoire est un moyen de raconter des blagues et de faire des références à la pop culture. Il en sort une impression générale que Florent Maudoux est un génie.
Les tomes 1 et 2 (déjà chroniqué) forment avec le 3e un arc qui est appelé par l'auteur l'Arc Shonen. Je ne suis pas sûre de savoir ce qu'il entend par là, car le tome 4 est un peu à part, et la fin du 3e volume ne présage pas du tout la fin d'un Arc narratif, donc seul l'avenir nous dira ce qu'il en est de cette appélation.

Toujours est-il que ces trois premiers tomes sont une pure merveille, j'ai adoré les (re)lire et voir les personnages évoluer. Ils sont tous complets et attachants. L'histoire avance, les héros grandissent, et pourtant, on est encore bien loin de l'univers des Freaks' Squeele d'origine, où Funérailles a un rôle très important et très différent de celui qu'il a ici ! A vrai dire, les mondes de sa jeunesse et de sa "vieillesse" sont tellement différents qu'on se demande comment l'auteur va réussir à faire le lien avec cohérence.

Le tome 4, comme je l'ai dis, est à part : on y découvre l'histoire d'un personnage secondaire : Eve Van Helsing, qui nous permet d'aborder l'histoire des trois volumes précédents par un autre angle, avant de rejoindre le scénario principal. Je l'ai trouvé un peu en dessous du reste, étant donné l'attente qu'il y a eue entre la parution du tome 3 et du tome 4 : il fait l'effet d'une histoire de remplissage. J'espère que la suite sera à la hauteur (et aussi qu'elle ne sera pas trop longue, j'aime les histoires courtes et denses !) et qu'elle nous apportera plein de réponses sur ce personnages (qui est le meilleur de toute la saga).

Si je n'ai qu'une chose à dire : lisez cette série. Le spin off ou la saga d'origine, peu importe, Florent Maudoux est merveilleux.

lundi 1 janvier 2018

It's time for ze bilan !


2017 is over,
Welcome 2018

Encore une année s'achève, et c'est l'heure du petit bilan !
On ne peut pas vraiment dire que je sois très fière de cette année, côté livres.
(côté vie privée, ça a été parfait dans l'ensemble, en dehors de quelques zones d'ombres mais... ce n'est pas le sujet !)

Encore moins de lectures que les années précédentes, la tendance va en diminuant, et beaucoup trop qui ont été en lien avec mon boulot de libraire jeunesse. J'ai parfois l'impression de laisser de côté mon vrai plaisir de lectrice en enchaînant des livres qui ne me plaisent pas plus que ça, et en m'éloignant de mon véritable amour : l'imaginaire pour adultes. Mais l'avantage, c'est que quand j'y reviens, c'est un vrai bonheur, une bouffée d'oxygène. J'ai l'impression de rentrer à la maison après un long voyage.

Chose exceptionnelle, 2017 a commencé avec un policier, qui aura été le seul du reste de l'année.


J'ai lu 50 livres dont...

  • 18 livres pour adultes vs. 32 pour ados 
  • 18 livres pour moi vs. 32 pour le boulot (le fait que ce soient les mêmes chiffres est une coïncidence car ce ne sont pas forcément les mêmes titres)
  • 16 romans réalistes vs. 32 romans avec de l'imaginaire
  • 11 romans fantastiques vs. 10 romans Fantasy vs. 11 romans de science-fiction
  • 4 livres de littérature contemporaine
  • 2 livres qui n'étaient pas des romans
  • romances pour adultes
  • 1 livre policier
  • 1 livre "érotique" (entre guillemets, parce que vraiment... c'était mauvais).

Sur ces 50 livres...

  • J'ai eu 5 véritables coups de coeur :
Le Garde, le Poète et le Prisonnier de Lee Jung-myung,
The Name of the Wind de Patrick Rothfuss,
La Faucheuse de Neil Shusterman,
Shikanoko (tome 1tome 2) de Lian Hearn
Le Puits des Mémoires 1 de Gabriel Katz

  • 7 lectures ont été des grosses déceptions, alors que j'en attendais beaucoup plus.
  • J'avais oublié 7 lectures avant de relire leur titre (et je me souviens vaguement de l'intrigue)
  • 9 ont touché une corde sensible, notamment par un thème original, une histoire qui m'a touchée de près ou un sujet difficile.

Ce qu'on peut retenir de tout ça ? Je n'ai pas encore trouvé mon équilibre entre les livres que je lis pour mon plaisir personnel et ceux que je lis en tant que libraire. J'ai dévoré beaucoup de nouveautés, des titres dont je n'avais eu aucun retour, et dont beaucoup ont été des déceptions. Pas mal de lectures se ressemblaient, très peu étaient originales, et encore moins étaient de réels coups de coeurs.
Je suis plutôt déçue par cette année, car j'ai le sentiment d'avoir beaucoup perdu mon temps à lire des livres qui ne m'ont rien apporté. J'aime qu'un livre ait un rôle, même si ce n'est que de me divertir.
Lire, pour lire, ce n'est pas intéressant.

Comme ma situation professionnelle n'est pas amenée à changer, il va falloir que je trouve un moyen de me faire plus plaisir dans mes lectures, me mettre un peu moins la pression (ça ne mène qu'à des pannes de lecture) et prendre le temps de "rentrer à la maison" plus souvent.

Et vous, comment est votre blanquette bilan ?

En dehors des livres, cette année ça a aussi été la création d'un compte Instagram, où je lie ma passion de la lecture à celle de la photo. Pour l'instant, ce n'est qu'un début, et à l'avenir j'envisage d'utiliser mes photos pour illustrer les articles ici, plutôt que de simplement copier/coller la couverture de l'éditeur. Qu'est-ce que vous en pensez, chers lecteurs assidus ?


Et enfin, le mot de la fin.... excellente année à vous,
Puisse-t-elle être douce, pleine d'amour et de réussite, de belles lectures et de belles rencontres.


(Sur la photo, vous pouvez admirer la taille de ma PAL...
qui ne compte aucun service de presse, aucun livre "pour le travail", aucune BD ou manga, ni de beaux livres...
seulement ma PAL  principale !)

dimanche 31 décembre 2017

Les Gardiens de Ga'Hoole - Kathryn Lasky


Soren coule une enfance paisible dans la forêt de Tyto, le royaume des chouettes effraies. Mais de mystérieuses disparitions d'oeufs et d'oisillons perturbent la tranquillité des habitants. Alors qu'il tombe du nid, Soren est kidnappé à son tour et conduit au sinistre orphelinat de Saint-Aegolius. Des poussins venus de tous les royaumes y subissent un enseignement des plus étranges...
Soren et sa meilleure amie Gylfie n'ont qu'une envie : s'échapper et révéler au monde ce qui se trame entre ces murs. Mais pour cela, encore faudrait-il apprendre à voler...

xxx

Bienvenus au monde des chouettes et des hiboux !
Depuis la sortie de l'adaptation cinématographique il y a déjà 7 ans (et que je n'ai pas vu), j'était très curieuse de découvrir l'univers des Gardiens de Ga'Hoole. Je ne suis pas très fan des animaux qui parlent, en dehors des Disney, donc j'étais sceptique quand à la possibilité de créer un univers passionnant autour des chouettes. La réédition des éditions Pocket Jeunesse a été l'occasion de ranger mes préjugés de côté et de découvrir cet univers dont j'ai entendu beaucoup de bien.

Je dois avouer que ... Ouah ! je ne m'attendais pas à ça du tout. Le style est fluide, beau, riche en vocabulaire mais suffisamment expliqué pour que les enfants puissent comprendre, un parfait équilibre entre simplicité et complexité. J'ai rarement lu des livres de Fantasy pour enfants qui soient aussi bien écrits.
L'histoire est surprenante et étonnamment captivante ; il faut dire que je ne correspond pas au lectorat visé, et pourtant j'ai été complètement happée par l'histoire. Je ne peux qu'imaginer la réaction d'une âme innocente à la lecture d'un texte pareil.

L'histoire est riche, mais abordée avec simplicité : l'auteure sait cultiver une certaine naïveté dans des événements qui sont violents et bouleversants pour les héros, tout en faisant réfléchir sur la société à la manière des meilleures dystopies ! Ce premier tome n'a rien à envier à des romans comme Le Meilleur des Mondes sur le thème du contrôle des naissances (je n'en dis pas plus, parce que c'est un peu un spoil en soi, mais franchement, j'étais clouée).

Le fait que les héros soient des chouettes permet de mettre de la distance par rapport à la critique de la société totalitaire qui est décrite et de permettre aux jeunes lecteurs de ne pas trop se projeter par rapport au monde réel, mais de réfléchir, de prendre du recul et développer un esprit critique.

Par contre, détail que j'ignorais jusqu'ici.... il faut mentionner avant de commencer cette série qu'elle comporte 15 tomes ! Même s'ils se lisent vite, ce n'est pas négligeable.
Je vais donc garder cette belle lecture dans un coin de ma tête pour la conseiller aux jeunes lecteurs que je croise, mais je n'irai pas au delà, car elle est beaucoup trop longue à mon goût !