dimanche 30 mars 2014

Le Royaume de Nashira - Licia Troisi


Le Royaume de Nashira, tome 1 : Le Rêve de Talitha 
Auteur : Licia Troisi 
Édition : Pocket Jeunesse 
Genre : Fantasy 
Description : 
Deux soleils brillent dans le ciel de Nashira. Mais l’un des deux est maléfique est menace les royaumes…
Le monde de Nashira est au bord de l’asphyxie, brûlé par la chaleur… Talitha, jeune comtesse recluse dans un monastère, est chargée de veiller sur la Pierre de l’Air, unique source d’oxygène pour les habitants.
Mais lorsqu’elle découvre que son royaume sera bientôt anéanti, consumé par un soleil destructeur, Talitha la rebelle décide d’agit. Accompagnée par son fidèle esclave, Saiph, elle entreprend un voyage jusqu’aux terres glacées pour trouver la seule réponse capable de sauver Nashira...

xxx
Ca faisait un moment que je louchais sur les livres de Licia Troisi. Ses couvertures sont magnifiques et les descriptions plutôt alléchantes, alors quand j’ai vu qu’on avait reçu un exemplaire gratuit de cette nouvelle série à la librairie, je n’ai pas hésité à me jeter dessus. C’est pour moi une première découverte des romans de cette auteure.
On va commencer par quelques points négatifs : déjà la description n’est pas vraiment révélatrice de l’histoire, du moins au début. La première partie du roman porte avant tout sur les relations de Talitha avec sa famille et le fait que son père la force à aller dans le monastère pour recevoir une éducation de prêtresse. Elle ne « veille » pas a proprement parlé sur la Pierre de l’Air car elle ne fait pas partie du groupe de novices qui a cette mission. Mais ceci étant dit, le reste de la description annonce bien le combat contre les forces de la nature qu’elle s’apprête à mener.

Deuxième point : l’écriture. Arg. J’ai trouvé le style moyen. Je ne sais pas si ça vient de la traduction ou du manuscrit d’origine, toujours est-il que j’ai trouvé ça assez mal écrit. Le style déconcentre de la lecture, l’emploi de certains mots m’a dérangé et m’a empêché par moments de plonger vraiment dans l’histoire. J’ai l’impression que le roman vise avant tout des enfants ou jeunes ados qui n’ont pas encore assez d’expérience pour être exigeants en matière de style littéraire et du coup je n’avais pas l’impression de faire parti du public visé par ce livre. Ce petit défaut en entraine par conséquent d’autres, dont un certain manque d’émotion. On ne ressent pas les peines de Talitha, alors que certains passages pourraient être vraiment émouvants !

Dernier point négatif avant de passer au positif : les noms propres ! Ils sont tous plus bizarres et imprononçables les uns que les autres et me font buter dans ma lecture. Que ça soit les prénoms des personnages ou les noms de lieux, je trouve que ça fait trop. Un petit nom inventé de temps en temps ne fait pas de mal, au contraire j’aime beaucoup quand il y a de l’exotisme, mais là c’est à se perdre dans la masse de nouveaux termes !

Maintenant le positif ! Parce qu’une fois habituée à l’écriture et aux noms étranges, j’ai quand même beaucoup apprécié cette lecture. Il y a une bonne idée de fond (attention petits spoilers !) : deux soleils qui représentent les dieux, dont un maléfique qui prend de la puissance et menace d’assécher le royaume de Nashira. Talitha le découvre et se sent responsable de la survie du monde. (FIN DU SPOILER).
L’histoire paraît un peu clichée au premier abord, mais j’ai trouvé que ce n’était pas un problème. Il y a beaucoup d’éléments qui m’ont dérangés dans la lecture, mais absolument pas celui-là !

Les personnages maintenant, parce que je ne peux pas ne pas faire une petite partie sur eux. Talisha est Saiph sont les deux principaux, la première étant une Talarite (la race noble de Talaria, qui est le nom de la zone habitable de Nashira), et Saiph son esclave appartenant à la race inférieure des Femtites (je vous avais prévenus pour les noms propres ! :p).
Talisha a une personnalité assez commune pour une héroïne de roman de fantasy : jeune comtesse qui rêve de devenir guerrière, elle est l’amie des esclaves alors que son père est un tyran. Oui, ça doit vous rappeler un paquet de début d’intrigues. Saiph est plus mystérieux, à tel point que je ne saurais même pas quoi vous dire sur lui.
Il n’y a pas de personnage super-charismatique, le genre qui vous fait aimer un roman même avec ses défauts parce que vous voulez savoir à tout prix ce qui lui arrive. Je n’ai pas (encore ?) trouvé ce personnage dans cette série, même si, vu la fin, je pense que ça pourrait venir avec le temps.


Ce roman met bien l’intrigue en place, c’est un assez bon moment de plaisir malgré ses défauts et peut être un nouveau succès de l’auteure. Pour ma part, si j’avais la suite sous la main je pense que je la lirais dans la foulée, mais avec l’attente qu’il risque d’y avoir, je ne suis pas sûre de garder un assez bon souvenir pour acheter le tome 2 à sa parution !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire