jeudi 11 septembre 2014

La Belgariade - David Eddings




La Belgariade
1 - Le pion blanc des présages
2 - La reine des sortilèges
3 - Le gambit du magicien
4 - La tour des maléfices
5 - La fin de partie de l'enchanteur
Auteur : David Eddings
Genre : Fantasy
Éditions : Pocket
Description (tome 1) :
Et les dieux créèrent l'homme, et chaque dieu choisit son peuple.
Ah ! Que le monde était jeune, que les mystères étaient limpides ! Mais Torak, le dieu jaloux, vola l'Orbe d'Aldur, le joyau vivant façonné par l'aîné des dieux, et ce fut la guerre. Le félon fut châtié ; à Cthol Mishrak, la Cité de la Nuit, il dort toujours d'un long sommeil hanté par la souffrance.

Le fleuve des siècles a passé sur les royaumes du Ponant. Les livres des présages ne parlent plus qu'aux initiés, mais ils sont formels : Torak va s'éveiller. Et justement l'Orbe disparaît pour la seconde fois. Que le maudit la trouve à son réveil et il établira son empire sur toutes choses.

Belgarath le sorcier parviendra-t-il à conjurer le sort ?

xxx

Je dois avouer que je ne sais pas par où commencer...
J'avais énormément entendu parler de cette série avant d'oser me lancer. J'en avais entendu tellement de bien que j'avais peur d'être déçue, je pense que vous allez remarquer avec l'avis qui suit que c'est loin d'être le cas ;)

La Belgariade, c'est le genre de séries qui me rappelle pourquoi j'aime la lecture plus que tout autre chose et pourquoi la Fantasy est le genre que je préfère. Durant toute ma lecture des cinq tomes, j'avais des étoiles dans les yeux. Ce n'est pas le genre de livres qui rend accro, j'ai lu la série sur plusieurs semaines, en lisant parfois autre chose entre les différents tomes. C'est plutôt le genre qui s'ancre en vous, qui s'infiltre dans vos émotions, et c'est uniquement quand on est arrivés à la dernière page qu'on réalise à quel point il vous marque. J'écris encore à chaud parce que je viens de terminer le tome 5 et j'ai encore cette boule d'excitation dans le ventre après avoir lu l'Épilogue. C'est une petite merveille que je relirais à coup sûr dès que j'en aurais oublié les détails.

Ce qui rend le récit si passionnant, ce n'est pas l'histoire à proprement parlé car celle-ci est prévisible : on est dans une quête classique, qui a commencé avec une prophétie. Les éléments de cette dernière sont plutôt évidents surtout que les indices ne manquent pas (c'est d'ailleurs un peu énervant quand on comprend les choses bien avant les personnages, on n'a qu'une envie : les secouer pour qu'ils se mettent à réfléchir !). Mais ça fait partit du charme aussi, on attend que les éléments se mettent en place, on les sent venir avec impatience, et en même temps le suspense n'est pas trop insupportable.

Non, ce qui fait tout le charme de La Belgariade, ce sont les personnages ! Ils sont réalistes et proches de la perfection. Les sentiments et les relations humaines sont décrits avec une précision qui laisse perplexe. Garion, le personnage principal, a une curiosité tellement contagieuse dans le premier tome que ça nous incite à vouloir à tout prix connaître la suite. Il a une façon innocente d'aborder tout ce qui l'entoure, ça en est parfois agaçant, mais généralement c'est ce qui le rend attachant. J'ai beaucoup aimé le fait que, tout au long de l'histoire, les personnages conservaient le nom sous lequel Garion avait fait leur connaissance.
Bien entendu, tout le reste des personnages a une grande profondeur et une personnalité propre, c'est d'ailleurs ce qui fait l'attrait du petit groupe de protagonistes : ils viennent tous d'un endroit différent et ont tous un rôle très important à jouer. Aucun personnage n'est là par hasard et on se surprend à tous les aimer, même ceux bourrés de défauts (Ce'Nedra en est l'exemple parfait...).
Ils sont tellement bien développés qu'on croirait les connaître et qu'on évolue avec eux au cours de l'histoire. Quand il en manque un, on ressent son absence même si elle n'est pas citée. J'avais réellement l'impression de voyager avec eux et c'est ce qui va me manquer le plus dans le roman !

S'il fallait citer un défaut néanmoins, ça serait le côté prévisible et cliché de l'histoire, mais Eddings arrive à nous le faire oublier très rapidement. Il maîtrise son histoire, il sait où il nous emmène et n'hésite pas à nous le dire grâce à ses indices volontairement explicites.

C'est le genre de séries qu'il faut avoir lu absolument quand on aime la Fantasy. Croyez moi, votre vie de lecteur sera bien triste tant que vous n'aurez pas connu Silk, Barak et Mandorallen ( <3 )

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire