mercredi 1 octobre 2014

Skin Trade - George R. R. Martin

Skin Trade
Auteur : George R. R. Martin
Editeur : ActuSF
Genre : Fantastique / Fantasy Urbaine
Description :
Il fut un temps où cette ville était au centre du monde. Un temps où sa puissance se nourrissait du sang et du fer. Mais aujourd’hui elle n’est plus que rouille et elle attend la ruine. C’est un territoire parfait pour Willie Flambeaux et Randi Wade. Lui est agent de recouvrement, elle, détective. Mais lorsqu’une série de meurtres particulièrement atroces ensanglante cette ville qu’ils croyaient si bien connaître, ce n’est plus dans le labyrinthe des rues qu’ils auront à mener l’enquête, mais dans les recoins les plus sombres de leurs propres passés. Là où se cachent leurs plus grandes peurs.

xxx

Alors là, je dois dire, chapeau.
Je ne suis pas une grande lectrice de polars et celui-ci n'est certainement pas le plus haletant qui ait été écrit, mais j'ai été totalement conquise.

Petite histoire de 155 pages, Skin Trade est un beau mélange de policier et de fantastique. Autour d'une histoire de meurtres, Martin reconstruit le mythe du loup-garou mais sans chercher à y apporter une grande originalité, et ça ne fait aucunement défaut à l'histoire. Au contraire, on sent qu'il n'essaye pas de prouver qu'il est capable de renouveler ce genre d'histoires, mais juste d'y ajouter sa petite touche, de lui donner une ambiance bien spéciale qui m'a rappelée Riverdream, son roman qui porte, lui, sur le mythe des vampires.

Je pense pouvoir dire sans hésitation que George Martin est mon auteur favori. Quoi qu'il écrive, je suis systématiquement conquise, mais avec toujours une touche d'appréhension au départ.
Il avait mis presque 80 pages à me convaincre dans Riverdream, ici pas loin de 50. Mais il a toujours eu raison de moi. Il a ce don de nous entraîner dans un univers un peu étrange, dans le vif du sujet et en nous laissant un peu perdu. Sauf qu'il sait ce qu'il fait et, si parfois le voyage est un peu dur, l'arrivée est toujours exceptionnelle.

L'arrivée ici, c'est le dénouement de l'enquête, mais aussi le dernier paragraphe ; la chute.
L'histoire est construite comme une nouvelle : une intrigue simple, peu de personnages ayant tous un rôle important et un développement des plus simples mais complet, et une chute qui donne toute la valeur à l'histoire.
Il a d'ailleurs gagné le prix du World Fantasy Award de 1989, comme quoi je ne suis pas la seule à accrocher. Je tiens d'ailleurs à partager le (superbe) article du site Elbakin.net qui est absolument élogieux et bien mieux écris que le miens (un jour j'arriverais à écrire des articles comme eux...)

À part ça, j'ai eu l'idée un peu folle l'autre jour de lire tous les écrits de George Martin. La moindre de ses nouvelles, même non traduite. Plus ça va et plus je suis convaincue que c'est une excellente idée, parce que c'est un auteur vraiment tordu, à l'imagination débordante et variée.
Il excelle en Fantasy, il m'a convaincu en Science-Fiction avec sa nouvelle La Fleur de Verre, et maintenant il prouve que le polar, c'est aussi son truc. 
Je suis conquise.
(Et j'espère vous transmettre la bonne parole !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire