lundi 24 novembre 2014

Celle qui a tous les dons - M.R. Carey

Celle qui a tous les dons
Auteur : M.R. Carey
Édition : L'Atalante
Genre : Science-fiction, post-apocalyptique
Description :
Tous les dons ne sont pas une bénédiction.

Chaque matin, Melanie attend dans sa cellule qu'on l'emmène en cours. Quand on vient la chercher, le sergent Parks garde son arme braquée sur elle pendant que deux gardes la sanglent sur le fauteuil roulant.
Elle dit en plaisantant qu'elle ne les mordra pas.
Mais ça ne les fait pas rire.
Melanie est une petite fille très particulière...

xxx

Je tire mon chapeau à la personne qui a eu l'idée d'une telle quatrième de couverture ! Je n'ai jamais lu de "résumé" qui me donne autant envie que celui-ci. Il a tellement titillé ma curiosité que je n'ai pas hésité une seule seconde avant d'ouvrir le livre pour découvrir pourquoi diable cette pauvre Melanie était attachée à un fauteuil roulant, dans ce qui ressemble à une prison.

(La suite contient quelques faibles spoilers)
On découvre rapidement qu'en fait Melanie n'est pas une fille comme les autres puisqu'elle est une sorte de "affam 2.0". Les affams se rapprochent beaucoup des zombies : ce sont des humains qui ont été infectés par un champignon baptisé Ophiocordyceps. Mais Melanie n'est pas une affam comme les autres vu qu'elle ressemble en tous points à une petite fille normale. Elle parle et est dotée d'une grande intelligence, sauf que... elle est morte.
Personnage emblématique de l'histoire, il est impossible de ne pas s'y attacher. Elle est d'une grande naïveté et pourtant elle a souvent bien plus la tête sur les épaules que les autres.

Autour d'elle gravitent quatre autres personnages, et l'histoire alterne entre leurs différents points de vue.
Helen Justineau, une des enseignantes de la base, que Melanie a en adoration ; Caroline Caldwell, une scientifique obsédée par le fait de trouver un remède. Elle est persuadée qu'elle est la seule capable de sauver l'Humanité et refuse de penser que Melanie puisse avoir des sentiments. Pour elle, Melanie n'est que le "Sujet d'expériece numéro 1". Ses parties sont celles qui m'ont le moins intéressées car elles étaient un peu trop scientifiques à mon goût (je suis quand même contente d'avoir écouté en cours de SVT au lycée parce que sinon j'aurais été complètement larguée). On a aussi le sergent Parks, responsable de la sécurité de la base, et l'un des personnages qui va le plus évoluer au cours de l'histoire ; et enfin Gallagher, un autre soldat, qui est peut-être le plus humains de tous. Gallagher n'a jamais connu le monde d'avant la Cassure (date historique où les mutations ont commencé, vingt ans avant le récit) et passe sa vie dans la peur constante des affams et une peur encore plus importante des humains et de leurs démons intérieurs.

Ce petit groupe va évoluer dans une Angleterre post-apocalyptique, dans un récit qui a, il faut l'avouer, des hauts et des bas. Le début est vraiment passionnant et original, puis j'ai trouvé que l'histoire allait un peu vers le cliché... pour se re-transformer en véritable "page-turner" sur la fin !

Le final est bluffant, moralisateur à souhait et efface toute impression de cliché pour ne laisser qu'un sentiment global de réussite. C'est vraiment une bonne histoire.

Et pour l'anecdote, il paraît que les droits seraient déjà en train d'être cédés pour une adaptation au cinéma !!

1 commentaire:

  1. J'en ai entendu parler. Ça a l'air intéressant en tout cas ;)

    RépondreSupprimer