jeudi 4 juin 2015

Les déserteurs temporels - Robert Silverberg

Les Déserteurs Temporels
Auteur : Robert Silverberg
Genre : Science Fiction, voyage dans le temps
Édition : Le Livre de Poche
Description :
Vous ne supportez plus ce vingt-cinquième siècle sur-peuplé et pollué. Vous êtes chômeur de quatorzième classe, la plus basse.
Une seule solution, fuyez dans le temps.
Grâce à l'invention de Lanoy, devenez un déserteur temporel.
Au risque des paradoxes.

xxx

Quatre ans avant la publication des célèbres Monades Urbaines, Silverberg publie un roman qui donne un avant goût de son univers.
Étant donné que c'est un auteur très très productif (jusqu'à 4 romans par an), je ne sais pas si cet univers est récurent dans ses œuvres ou si c'est un hasard que je sois tombée sur deux histoires qui se ressemblaient, toujours est-il que je n'ai pas été dépaysée lorsque je me suis plongée dans cette lecture, à l'occasion d'une LC avec Agenor.

On est dans les années 2500, Quellen, Secrétaire Criminel appartenant à la Septième Classe sociale, entretient illégalement une maison au cœur de l'Afrique, isolée de toute civilisation, où la vie est normalement réservée aux deuxièmes classes. Ni séduisant, ni particulièrement intelligent, il se contente de sa petite vie en essayant d'échapper le plus souvent possible aux autres êtres humains. Puis, vient le jour où on le charge de l'enquête sur les déserteurs temporels, ces fameuses personnes qui ont été historiquement enregistrées comme étant parties de son époque, pour aller vivre dans le passé.

Ce qui aurait pu être une enquête haletante et passionnante est en fait assez plate et calme. Les personnages ne sont pas particulièrement attachants et l'univers rappelle trop les Monades, avec les mêmes profils de personnages et les mêmes technologies. Il n'y a donc aucune surprise mais juste un moment de lecture agréable et rapide (220 pages d'un style très fluide !). Silverberg va à la facilité dans l'histoire, comme s'il ne cherchait pas à nous marquer mais juste à nous balader calmement dans son petit monde - un monde qui n'a pas bien vieilli sur tous les aspects. Si la planète est sur-peuplée et que les gens sont sur-surveillés, il en reste qu'on est loin de l'évolution via les écrans, comme il est possible qu'il nous arrive réellement. J'ai trouvé un côté vieillot à l'ambiance qui fait qu'on sent que ça a été écrit il y a bien 40 ans, et que l'avancée technologique n'était pas au même point qu'elle l'est maintenant, mais ça malheureusement on ne peut pas lui reprocher !

À part ces détails, c'était vraiment plaisant, mais ça ne marquera pas les mémoires. J'espère que le deuxième tome de ce petit cycle des Fugues Dans le Temps m'emballera plus : Les Temps Parallèles (la chronique arrivera bientôt, je vais l'entamer de ce pas !)

5 commentaires:

  1. Entièrement d'accord avec toi ;-) Heureusement qu'on a lu ce livre en même temps, comme ça on peut comparer notre ressenti et se rendre compte que non nous ne sommes pas difficiles, c'est juste le livre !
    Et pour infos le deuxième tome est largement mieux :D

    RépondreSupprimer
  2. Silverberg a la capacité de toujours fonctionner avec moi. :)
    Je n'ai pas lu ce roman, mais ses jeux temporels m'attirent beaucoup je dois dire.
    Il me semble aussi qu'un autre roman dans la veine "temporelle" de l'auteur, "Les temps parallèles", est plus réussi que celui-ci. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui comme je l'ai dis à la fin de la chronique, c'était ma lecture à suivre. J'en suis à la moitié et c'est un style tout autre, bien bien mieux ;) je te le recommande vivement !

      Supprimer
    2. Ah oui, je viens de voir la chronique arriver, ça m'apprendra à lire trop vite !^^
      En tout cas ça confirme que le deuxième tome est bien meilleur. ;)

      Supprimer