samedi 11 juillet 2015

Seigneur de Lumière - Roger Zelazny

Seigneur de Lumière
Auteur : Roger Zelazny
Genre : Science-fiction
Edition : Denoël / Folio SF
Description :
Il a pour nom Mahasamatman, Bouddha, Tathagata ou, plus simplement, Sam. Il est également le prince Siddhartha. Tout juste revenu à la vie, il décide de se mettre en marche et de se soulever contre Brahmâ, Vishnou et Shiva, ces immortels composant la Trimoûrti qui règne sur les habitants d'une planète isolée. En montrant la Voie et en disant la vérité aux mortels, il espère bien faire des ravages dans les rangs des Seigneurs de Lumière...

xxx

C'est marrant comme la 4e de couverture peut parfois nous influencer dans notre approche d'un livre. Celle que j'ai mis en copié/coller n'est pas celle qui est au dos de l'édition Denöel mais celle de l'édition Folio SF - et donc pas celle que j'ai lue. Le résultat est que je m'attendais à une sorte de space opera, à un retour à la Terre des habitants de cette mystérieuse nouvelle planète, mais on est bien loin du compte.
Il n'est que vaguement évoqué le fait que les Dieux et les Premiers (càd premiers habitants de la nouvelle planète) ont quittés la Terre pour s'installer ailleurs. Ce n'est pas vraiment dans l'intérêt du bouquin, car ici l'intrigue est purement en lien avec l'hindouisme, et c'est tout !

Le livre se divise en plusieurs chapitres qui peuvent presque faire office de nouvelles au début, puis qui ont une réelle continuité immédiate.
L'histoire est celle de Sam qui va, en fonction de ses actions, gagner plusieurs titres tel que celui de Bouddha, et qui décide de détruire la religion hindouiste qui est devenue trop totalitaire et empêche le progrès chez les hommes. Quand on ne connait rien à cette religion, je dois avouer qu'on est complètement perdu, mais j'ai réussi avant tout grâce à la déduction à comprendre les bases de cette religion, ce qui a beaucoup éveillé ma curiosité à ce sujet.

La non-connaissance de cette culture n'empêche pas vraiment de comprendre l'histoire mais plus d'en saisir toute l'ampleur et d'apprécier chaque référence. Au lieu de comprendre directement chaque chose, j'ai du réfléchir et déduire un peu tout, et je suis incapable de dire quelle part vient de l'Hindouisme et quelle part vient de l'imagination de Zelazny.

Zelazny justement, dont on retrouve le style d'écriture surtout au cours des batailles, car j'aurais été incapable de dire sinon que c'était écrit par le même auteur que le cycle des Princes d'Ambre. Sa façon de mêler les légendes, les dieux et les hommes et super et je pense me laisser tenter par son roman s'inspirant de la mythologie Egyptienne :  Royaumes d'Ombre et de Lumière

Dans l'ensemble c'est donc une lecture fastidieuse mais plaisante, elle m'a beaucoup marqué certainement parce que son thème la rend unique. Par contre, mon manque de connaissances sur le sujet ne la rend que "bonne".

2 commentaires:

  1. C'est dommage que tu aies lu ce roman dans l'édition Denoël, puisque la traduction a été révisée et complétée depuis dans les éditions plus récentes (Lunes d'Encre puis FolioSF), et pas qu'un peu, je cite l'éditeur de la version Lunes d'Encre :

    "C'est d'ailleurs "Seigneur de Lumière" qui, et de loin, a nécessité le plus long travail. Manquaient environ 200 paragraphes, phrases, morceaux de phrase, répliques ; notamment tous les détails du combat opposant le Dieu de la Mort à Sugata et certains éléments nécessaires à la compréhension de la cinquième partie..."

    C'est quand même pas rien...
    En tout cas, ce roman est pour moi un chef d'oeuvre, sans doute le sommet de l'oeuvre de Zelazny mais c'est vrai qu'il n'est pas forcément simple d'accès.

    "Royaume d'ombre et de lumière" n'est pas loin derrière, l'histoire est sans doute plus faible, il y a quelques défauts dans la narration, en revanche sur le plan du style c'est encore meilleur, j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah.. tu fais bien de me le dire je n'en avais jamais entendu parler, j'ai acheté l'édition Denoel parce que je suis tombée dessus d'occasion mais du coup je trouverais peut-être un moyen de lire la version Folio pour comparer, merci de l'info !

      J'avais trouvé pas mal de coquilles dans le texte et des erreurs de mise en page pas belles du tout, mais je ne pensais pas que ça allait jusque là...

      Supprimer