lundi 12 octobre 2015

Le Sixième Sommeil - Bernard Werber

Le Sixième Sommeil
Auteur : Bernard Werber
Genre : Science-Fiction / Roman Scientifique
Editeur : Albin Michel
Description :
PHASE 1
Assoupissement

PHASE 2
Sommeil léger

PHASE 3
Sommeil lent

PHASE 4
Sommeil très profond

PHASE 5
Sommeil paradoxal

PHASE 6
Le sixième sommeil. Celui de tous les possibles.

 
xxx

Ca ne m'arrive pas souvent et j'en ai quelques remords, mais encore une fois je vais chroniquer un livre abandonné à la moitié.

Au début, il était franchement bien. On suit Caroline Klein, une scientifique spécialisée dans l'étude du sommeil et passionnée par les rêves. Caroline est persuadée qu'il existe un "sixième sommeil", un sommeil encore plus profond que celui qu'on connaît (le sommeil paradoxal étant celui où on rêve). On apprend beaucoup de choses (encore que vu que c'est de la SF je ne suis pas du tout certaine que tout soit vrai) et c'est super intéressant, surtout que Caroline fait des rêves vraiment étranges et cherche à se soigner par ce biais.
Puis, on suit l'histoire de son fils, Jacques, qui suit la même voie que sa mère. Là encore, c'est intéressant. Et puis, à la moitié, le livre change de cap, s'éloigne de tous ces points, et m'a totalement perdue... au point que je n'ai pas envie de savoir où ça mènera finalement. Il n'est plus questions de rêves ni de sixième sommeil, et j'ai trouvé ça très, très dommage !

A tout ça, on ajoute des incohérences qui font grimacer : une discution avec une aveugle où le héros répond en hochant la tête, et la conversation continue comme si elle l'avait vu ; le temps qui s'écoule de manière très étrange (il semble s'être passé tout au plus un mois entre deux événements, mais à un moment on fait référence au premier comme s'étant déroulé à peu près 6 mois auparavant).

Je verrais d'ici quelques temps, en lisant des critiques, si j'ai raté quelque chose en n'allant pas jusqu'au bout, mais pour l'instant j'avais vraiment du mal à ouvrir le livre sans devoir me forcer donc vu la taille de ma PAL (et le fait que ça soit un emprunt), je n'ai aucun remord à l'abandonner.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire