lundi 9 novembre 2015

L'Autre Côté du Rêve - Ursula K. Le Guin

L'Autre Côté du Rêve
Auteur : Ursula K. Le Guin
Genre : Science-fiction
Édition : Livre de Poche
Description :
Lorsque George Orr dort, il rêve, comme tout un chacun. Mais lorsqu'il se réveille, au contraire de ce qui se passe habituellement, il découvre que ses rêves ont changé le monde.
Et parce qu'il lui arrive aussi de faire des cauchemars, le monde réel se retrouve ravagé par des guerres nucléaires et envahi par des extraterrestres.
George Orr doit-il se débarrasser d'un aussi terrifiant pouvoir ? ou bien doit-il l'utiliser dans l'intention redoutable d'améliorer le sort des humains ?

xxx

Deuxième mauvaise expérience avec des bouquins parlant de rêves en peu de temps. Le premier était Le Sixième Sommeil de B. Werber, que j'avais carrément abandonné à la moitié tellement il était ennuyeux.
J'ai ressenti un peu cet ennui dès les premières pages de l'Autre Côté du Rêve, qui s'est vite arrêté quand j'ai vu que ça prenait tout de même une direction moins scientifique. L'histoire est très intéressante : George Orr est un homme normal, le plus commun qu'il soit possible d'être, en dehors du fait qu'il a un don assez particulier : ses rêves peuvent changer le cour de la vie et de l'univers. Grâce au Docteur Haber, Orr va tenter de soigner cette tare qui le tracasse et l'empêche de dormir sereinement, de peur de changer complètement le fonctionnement de la planète pendant la nuit ! Sauf que, bien sûr, certains rêves se transforment en cauchemar.

L'idée est bonne et le thème original, cependant je n'ai pas réussi à m'intéresser au développement de l'histoire, ni au devenir des personnages. Le tout est un peu fade et tire un peu en longueur malgré les 220 pages. J'ai eu l'impression que Le Guin rajoutait des événements pour densifier le texte alors que, finalement, ça aurait fait une superbe nouvelle si elle n'avait gardé que l'essentiel.

J'ai découvert un aspect de l'auteur que je n'apprécie pas vraiment, qui m'a un peu rappelé certains livres de Silverberg par son approche simple du thème et le manque d'empathie qu'on ressent pour les personnages (je parle bien sûr des "mauvais" Silverberg - s'il y en a - disons ceux qui ne sont pas aussi excellents que les excellents, un peu comme Les Déserteurs Temporels pour ne citer que celui-ci). Je ne sais pas du coup si je vais continuer à lire ses romans qui ne font pas partie des cycles de Terremer et d'Ekumen (que j'ai eux décidé de lire dans leur intégralité) parce que je ne veux pas que mon image de l'auteur baisse, alors qu'elle ne m'avait jamais déçue, jusqu'ici.

Pour me consoler, j'ai commandé Les Contes de Terremer et Le Vent d'Ailleurs, qui devraient arriver à la librairie dans la semaine - deux valeurs sûres.

2 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore lu celui-ci, mais de ce que j'ai lu ailleurs il est toujours considéré comme "particulier" vis-à-vis du reste de la bibliographie de l'auteur, et donc potentiellement un peu en-dessous. Allez hop, un livre de l'Ekumen pour ne pas rester sur une mauvaise impression !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le reste est tellement excellent qu'il est dur de ne pas tomber en dessous !
      Disons qu'il faut oublier que c'est elle qui l'a écrit pour apprécier le livre à mon avis. Sinon, comme moi, on en attend trop ^^

      Supprimer