jeudi 4 février 2016

Une Braise sous la Cendre - Sabaa Tahir

Une braise sous la cendre
Auteur : Sabaa Tahir
Genre : Fantasy
Édition : Pocket Jeunesse
Description :
"Je vais te dire ce que je dis à chaque esclave qui arrive à Blackcliff : la Résistance a tenté de pénétrer dans l'école un nombre incalculable de fois. Si tu travailles pour elle, si tu contactes ses membres, et même si tu y songes, je le saurai et je t'écraserai."

Autrefois l'Empire était partagé entre les Érudits, cultivés, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable, brutale, dévouée à l'empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d'écrire s'expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d'élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté... et sauver ceux qu'ils aiment.

xxx

J'ai lu ce livre en deux temps : une première centaine de pages au compte goûte sans réussir à m'immerger dans l'histoire, puis un abandon par désintérêt total. Et enfin, un je-ne-sais-quoi (du nom de Meilleure Amie) qui m'a donné envie de reprendre la lecture. J'ai ravalé mon opinion, je me suis isolée et j'ai essayé de vraiment me plonger dans l'histoire. Moins de 24 heures plus tard, le voilà terminé.

Ce qui m'a dans un premier temps rebuté a pris du sens au fur et à mesure : tout d'abord le livre était présenté comme "un croisement entre Game of Thrones et Hunger Games" autant dire que c'était mal parti car j'ai adoré les deux, donc je suis très à cheval sur les comparaisons. Et enfin, un gros cliché qui est venu dès les premiers chapitres, un raccourcit dans le scénario qui m'a fait grimacé par sa facilité. Pas de spoilers, mais ceux qui l'ont lu sauront certainement de quel passage je parle.
Et au fur et à mesure de l'histoire, la ressemblance avec GoT et HG s'est faite sentir : de la violence et des épreuves. Et puis ce raccourcit s'est révélé nécessaire, car ce n'était pas le thème de l'histoire : c'était un petit point qui déclencherait les événements à venir. Donc j'ai décidé de laisser passer.

Tahir nous entraîne dans un univers très inspiré par les gladiateurs et les Ludus, les maisons d'entrainements des guerriers esclaves. On ressent l'influence de la Rome antique jusque dans les noms, se terminant souvent par "-us". C'est aussi ce qui fait que j'ai accroché à l'histoire : ce n'est pas futuriste, comme beaucoup de livres maintenant.

Le livre alterne entre les points de vue des deux héros : d'un côté on a Laia, une jeune Érudite (voilà qu'on se retrouve dans Divergente !) dont la famille se fait massacrer, et d'un autre Élias, un Mask - puissant guerrier à la solde de l'Empire - qui a tout pour réussir, mais qui n'est pas satisfait des méthodes employées par ses pairs.
Une idée assez simple, mais plutôt bien amenée, car l'alternance de leurs points de vue donne une force au récit. Les héros se complètent par leurs différences, on n'est pas emplis des sentiments d'une héroïne qui se prend trop la tête (Katniss) ou qui est trop têtue (Tris) mais on a deux personnages qui se mettent en valeur l'un après l'autre. Le seul bémol étant l'utilisation du "je" qui m'a perdue à chaque changement de narrateur car j'étais encore restée dans la tête du précédent.

L'histoire développe un très gros potentiel, les personnages sont très attachants... mais alors, qu'est-ce qui me gêne ?
J'ai été effleurée là où j'aurais dû être transportée. Il y a un côté non-abouti qui me déplaît un peu. Beaucoup de pièces du puzzle sont posées, des indices sont très évidents et donnent une image assez nette de l'ensemble. J'attends beaucoup de choses de la suite, j'espère qu'elle saura me surprendre et sera à la hauteur de ce que j'imagine.

Bilan ? une bonne lecture, pas transcendante, mais qui fait son travail de roman destiné aux ados. Le tome 2 donnera toute sa valeur au récit - ou gâchera le grand potentiel de l'histoire. Seule la patiente donnera la réponse :)

2 commentaires:

  1. J'étais passée à côté des comparaisons, c'est pas plus mal. C'est juste bon à alpaguer le passant et sans réel fondement. Des épreuves, certes... on peut aussi citer le SdA, Ender, l'Odyssée, les énigmes du Sphinx? ^^
    Je suis d'accord avec cette idée de potentiel, et c'est pour cela que j'ai vraiment envie de lire la suite et de voir où l'auteur nous emmène. Loin de ce que l'on a l'habitude de lire en YA, j'espère. D'autant plus que les personnages sont attachants. Et en VO, il y a quelque chose d'agréable dans la plume, qui donne envie de tourner les pages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne tiens même plus compte des comparaisons... surtout que ça m'a beaucoup plus fait penser à Spartacus qu'à quoi que ce soit d'autre !

      Sa plume est très agréable en VF aussi (bien que j'ai lu des épreuves non corrigées et que c'était bourré de fautes....). Il y a quelque chose de très exotique que l'auteure à réussi à ajouter et qui manque en YA :)

      Supprimer