lundi 25 avril 2016

La Ferme des Animaux - Orwell

La Ferme des Animaux
Auteur : George Orwell
Genre : Fable animalière
Édition : Folio
Description :
Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement :

"Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi.
Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami.
Aucun animal ne portera de vêtements.
Aucun animal ne dormira dans un lit.
Aucun animal ne boira d'alcool.
Aucun animal ne tuera un autre animal.
Tous les animaux son égaux."

Le temps passe. La pluie efface les commandements. L'âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer : "Tous les animaux sont égaux, mais il y en a qui le sont plus que d'autres."

xxx

Pour alterner ma lecture d'un grand classique de la SF (Fondation)... quoi de mieux que de lire un autre grand classique ?
Animal Farm (lecture en VO haha) traînait au fond de ma PAL depuis un moment, et je dois avouer ne même pas savoir comment il y est entré (je suppose être tombée dessus chez ma mère et l'avoir discrètement glissé au milieu de mes livres !). Lecture d'une journée sur mon balcon ensoleillé, je pensais franchement qu'il ferait partie de ces livres vite lus et vite oubliés. Bon, bah évidemment j'avais tord ! Vite lu, ça c'est sûr car ses 100 pages m'ont fait tenir uniquement parce que je suis plus lente à lire en anglais, mais je pense que je ne risque pas de l'oublier. En fait, je ne m'attendais pas du tout à ça. J'avais toujours imaginé ce livre comme une longue révolte des animaux contre les humains, et basta.
En fait, la révolte est courte, les animaux prennent le contrôle de la ferme, et le livre décrit plutôt la lente corruption faite par le pouvoir sur les animaux dirigeants, et la dégradation de tous les idéaux initiaux, les uns après les autres.

Ce livre est une très belle critique de la politique et de l'influence du pouvoir sur l'esprit. C'est une fable fantastique, qui humanise complètement les animaux au point que ceux-ci puissent parler, lire et écrire, mais qui dans le fond qui fait énormément réfléchir par son réalisme. Pendant tout le livre, j'ai eu une boule dans le ventre en voyant les animaux se faire naïvement manipuler, en voyant tous les sacrifices qu'ils ont fait devenir vains, car après s'être débarrassés de l'Homme, ils n'ont fait que mettre un équivalent tout aussi corrompu au pouvoir.

Le pire, c'est que la manipulation psychologique donne l'impression aux animaux de vivre dans de meilleures conditions que sous le règne humain, alors que ce n'est pas de cas, et surtout de vivre libres. J'ai eu l'impression de revoir le lavage de cerveau de 1984, version courte et adaptée à un plus large public.
Pour la remettre dans son contexte, Animal Farm est une fable écrite pour dénoncer l'idéologie de l'URSS après la Seconde Guerre Mondiale, ce qui se ressent avant tout par l'utilisation du terme "Camarade", mais aussi par le culte fait à Napoléon (c'est un sanglier ici !), la propagande mensongère qui est faite et qui idéalise complètement une "société" qui ne l'est absolument pas, qui s’enrichit en réduisant en esclavage le reste de la population.

Franchement, ce livre me laisse un goût amer dans la bouche, tellement ce qu'il dénonce est vrai, et malheureusement encore un peu trop actuel.

5 commentaires:

  1. En fait, c'est du Montesqieu moderne. Le pouvoir corrompt!
    Je crois que je vais le lire celui-là!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très court et rapide à lire, alors n'hésite pas trop ;)

      Supprimer
  2. Il faudra que je le lise un jour celui-là...

    RépondreSupprimer
  3. Il est vraiment génial ce livre. Je l'avais lu à 17 ans. Il m'avait marqué.

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que ce n'est pas un livre joyeux. Le pauvre Malabar (c'est bien ça, le nom du cheval ?) m'a traumatisée :/

    RépondreSupprimer