jeudi 11 mai 2017

♥︎ Le Jardin des Epitaphes, tome 2 : Aimez-moi - Taï-Marc Le Thanh



Pour Double-peine, Poisson-pilote et leur grand frère, le road trip se poursuit dans une Amérique dévastée. Direction San Francisco. Plus rien ne peut les arrêter : ils franchissent les obstacles avec force et optimisme, sûrs de retrouver bientôt leurs parents. Mais de douloureux souvenirs viennent hanter notre héros et anéantir ses certitudes. Et si la plus grande menace qui pesait sur sa famille était là, dans les terribles secrets qui surgissent du passé ?
La fin d'un périple mouvementé entre révélations, émotion et humour !

xxx

Il y a les livres qu'on aime. Il y a les livres qui nous changent, nous transportent, et il y a les livres qui ont l'air d'avoir été écrits pour nous. Le Jardin des Epitaphes est de ceux-là. Il mêle tellement de choses que j'aime que j'ai l'impression qu'il fait partie de mon univers, voir que j'aurais pu en écrire l'histoire (si je savais écrire).

Ce livre, c'est LE livre. Tellement que je suis incapable d'en parler correctement. D'ailleurs, noter un coup de coeur sur la pile qu'on a à la librairie, pour le conseiller, ça a été un enfer.

Suite directe du premier tome, Aimez-moi nous fait retrouver la fratrie dans leur voyage à travers les Etats-Unis. Ils ont laissé l'Europe derrière eux et se rapprochent de plus en plus de leurs parents. De nombreuses épreuves les attendent, à commencer par une de taille : la mémoire de Hypothénuse/Carnage/Pax (ou le héros qui n'a pas de prénom). Ses deux années de trou noir se comblent progressivement et pas de la manière la plus douce, sauf que les surprises ne sont pas agréables.
Les éléments que je trouvais un peu incohérents trouvent des réponses, plus ou moins plausibles. Mais qui dit monde futuriste dit que l'auteur fait ce qu'il veut. Quand des éléments me gênaient, je laissais passer, et ils trouvaient tout simplement leur explication plus tard. Cependant certains détails m'ont vraiment gênés par leur manque de réalisme, comme le fait que Double-Peine (dont j'ai oublié l'âge exacte mais qui doit avoir dans les 4 ans) soit capable de chanter du Aerosmith ou Teenacious D, mais ne comprend pas une phrase comme "my name is Sarah". Ou alors la facilité avec laquelle certains événements se développent.

Sauf que ce livre est un jeu-vidéo, du moins dans son ambiance. Encore une fois, les choix de l'auteur sont là pour ajouter une ambiance particulière à son livre, et ça a marché à 100%. Dans un livre aussi captivant que celui-ci, et aussi proche de tout ce qui m'inspire, je suis prête à laisser passer tous les petits défauts, et à les considérer comme des preuves de qualité irréfutables.

Autant le dire, je suis totalement aveuglée d'amour face à cette série.
Un gif pour l'ambiance à la MAD MAX.
Pour la référence à une chanson citée dans le tome 1.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire