dimanche 19 novembre 2017

La Mort du Temps - Aurélie Wellenstein [+ rencontre avec l'auteure]

On est tous d'accord que côté activité, par ici, c'est le néant. Je lis énormément, mais je ne prends pas le temps de me poser derrière mon ordinateur et d'écrire quelque chose de convenable. Je dirais bien comme excuse "c'est parce que je ne lis que de la jeunesse", mais en fait, je ne poste pas plus sur mon autre compte, Le Petit Dragon qui Lit. L'excuse est bidon.

Je vais donc réfléchir à supprimer l'autre compte, n'en faire qu'un seul, puisque je n'arrive pas à caler beaucoup de lectures "plaisir" au milieu des lectures "boulot". Donc c'est parti, je vais me mettre un coup de pied aux fesses et revenir vous parler plus en profondeur de mes lectures (et pas que en quelques mots sur instagram comme je le fais aussi). Et aux bonnes résolutions s'accompagne un article un peu particulier sur une belle rencontre que j'ai faite.



Un éclair aveuglant, suivi d'une terrible onde de choc...En l'espace de quelques minutes, un séisme temporel ravage la Terre, et la vie de Callista bascule. Le monde qu'elle connaissait n'est plus. Les différentes époques se sont mélangées, les corps des survivants ont fusionné les uns avec les autres ou avec leur environnement. Indemne, Callista avance au hasard, à la recherche d'un refuge dans ce chaos. Talonnée par le "Flash", réplique mortelle du tremblement de terre, elle rencontre d'étranges créatures, amies ou ennemies, issues de siècles différents. Pour la jeune fille, une lutte terrifiante s'engage au rythme des pulsations du Flash. Si elle s'arrête ou ralentit, elle sera anéantie...

xxx

Foire du Livre de Brive 2017,
J'ai enfin eu l'occasion de rencontrer Aurélie Wellenstein. Vous le savez sûrement, je suis fan de ses romans. Je l'ai découverte avec Le Roi des Fauves, puis Les Loups Chantants. Cette femme m'émerveille par la profondeur de ses écrits, qui sont pourtant littérairement parlant très simples. La plume est fluide, à destination d'un public adolescent, mais les thèmes abordés sont violents.
La Mort du Temps est le récit d'une fuite, d'un contre-la-montre qui se joue contre le Temps lui-même, car celui-ci a perdu les pédales. Callista se réveille dans un Paris où se retrouvent différentes époques, où elles s'entassent et s'emmêlent sans aucune organisation logique.
Elle va faire la rencontre de Rolland, de Jeanne et de Gascogne, qui vont l'accompagner dans une aventure un peu spéciale.

En dehors du côté post-apocalyptique assez sympa, ce que j'aime par-dessus tout c'est son traitement du comportement humain. Avec Aurélie Wellenstein, il n'y a pas de monde tout rose. Ses héros sont torturés, ils ont tous une part de démon, soit physique, soit psychique.
Encore une fois elle accompagne son histoire de créatures hybrides, d' "hommes-animaux". Dans chacun des trois livres que j'ai lu d'elle, le monstre y a une place centrale. La question est : qui est le monstre ? Celui qui est difforme, ou celui qui se comporte mal ? Qu'est-ce que le mal, quand il s'agit de survie ?

Et au milieu de cette fuite et de cette monstruosité, c'est une histoire sur le deuil, la peur de la solitude, la tolérance et surtout la conscience. Comment vivre avec soi-même quand on fait des choix irréversibles.
Heureusement, au milieu de tout ce drama (qui est en partie suggéré), il y a les personnages secondaires, qui ajoutent une dimension amusante, amicale, voir familiale au récit. On n'est pas submergés par des émotions trop violentes.

Encore une fois, s'il n'y avait qu'un défaut à relever, c'est le style d'écriture. Il mériterait d'être complexifié et à destination des adultes, car je ne suis pas sûre que les thèmes touchent beaucoup d'adolescents. Mon expérience de libraire m'a prouvé qu'il est très dur de conseiller ses livres, car ils sont entre deux publics. Je rêve du jour où Aurélie Wellenstein écrira pour les adultes, avec un style adapté. Et là, ses livres seront des chefs d'oeuvre.


Pour ce qui est de ma rencontre avec elle, c'était un moment très particulier. Déjà, elle s'attendait à ma venue, elle était prévenue qu'une de ses grandes admiratrices allait venir la voir. Du coup, j'étais assez gênée quand je me suis retrouvée face à elle, et je ne suis pas sûre d'avoir réussi à exprimer à quel point ses livres me touchaient et à quel point ses thématiques m'inspiraient. Elle a une imagination proche de la mienne et tout ce qu'elle fait m'inspire ou m'a déjà inspiré par le passé. S'il y a bien une auteure que je suis de près, c'est elle, et j'ai tellement hâte de découvrir son prochain roman, à paraître en 2018 !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire