mardi 23 janvier 2018

Quand vient la vague - Manon Fargetton & Jean-Christophe Tixier


Bouleversée, Nina quitte la maison familiale et jette ses clés dans une bouche d'égout... Quelques mois plus tard, Clément, son frère, se met à sa recherche. De Lacanau à Bordeaux puis Paris, il découvre la raison de sa fuite, ces "vagues" qui l'ont submergée, l'obligeant à tout quitter...

xxx

Le sujet est un peu bateau : une fille qui disparaît, son frère qui part à sa recherche. Cependant, le traitement du thème est plutôt sympa, et vraiment original : Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier parlent chacun pour un personnage, alternant les chapitres, les époques et les pronoms. "Je" pour Nina, et "il" pour Clément. Impossible de définir qui a écrit quelle partie, c'est ce qui rend la lecture si intéressante.

J'ai été touchée par certains passages, notamment celui où Nina est assise sur un banc, lorsqu'elle fait la connaissance de Jules, qui lui montre l'importance d'observer les autres et de ne pas se recentrer sur soi-même. L'observation est une chose importance dans la vie, elle va de pair avec l'altruisme. J'ai trouvé le point de vue de Jules très intéressant.

De même, quand Clément mentionne le vide qui entoure l'absence de Nina, je me suis reconnue. Il n'y a rien qui puisse remplacer une enfance vécue à plusieurs : quand on a des frères et soeurs, qu'ils sont proches en âge, ils sont un témoin direct de tout ce qu'on a vécu, une preuve de ce par quoi on est passé, et quand l'un d'eux manque, c'est une partie de nous qui manque. Les mots que l'un des deux auteurs a mis sur cette absence m'ont vraiment touchée.

C'est un beau livre, très agréable à lire, qui j'espère trouvera sa place dans les bibliothèques des ados.

2 commentaires:

  1. C'est vrai qu'il a l'air super intéressant pour les ados. Je le note!

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que ça peut être sympa, d'autant plus que l'écriture à 4 mains n'est pas toujours facile !

    RépondreSupprimer