dimanche 21 janvier 2018

Trois de tes secrets - Julie Buxbaum


Jessie trouvera-t-elle qui est son mystérieux bienfaiteur ?

Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…

xxx
"Un jour, ma mère m'a dit que les gens se divisaient en deux catégories : ceux qui ont adoré leurs années lycée et ceux qui passent la décennie suivante à s'en remettre. Ce qui ne tue pas rend plus forts, disait-elle.
Pourtant, quelque chose l'a tuée, elle, j'ai survécu et je ne suis pas plus forte qu'avant."
Il y aurait un million de choses à dire sur ce livre, mais cette citation résume tout. Jessie a perdu sa mère, et depuis, elle est perdue. Elle manque de repères, d'autant plus que son père s'est remarié par la suite, et l'a fait traverser les Etats-Unis pour rejoindre sa nouvelle femme. Jessie essaie de survivre, en quelque sorte. Elle essaie de réapprendre à vivre, de réapprendre ce que c'est que d'être une adolescente. Elle ne connaît personne, jusqu'à ce qu'elle reçoive un mail anonyme d'une personne qui semble l'avoir prise en pitié et veut lui venir en aide.

Commence alors le début d'une nouvelle vie, où Jessie commence à s'adapter, à se refaire des amis, et pour la première fois, elle plaît aux garçons.

Trois de tes secrets est un roman fragile, doux, triste et en même temps plein d'espoir et d'optimisme. Il est vrai et juste sur la vie au lycée, les questions que se posent les ados.

Jessie est une héroïne brisée, qui a des failles. Elle m'a fait penser à plein de choses, à commencer par moi à son âge. Ce roman m'a perturbée, il a planté des graines de doute dans ma poitrine et m'a rappelé le mal-être que j'ai pu ressentir à cette époque, mais aussi que parfois c'était bien d'être adolescent, et de ne pas encore être adulte.

Une pépite, qui m'a touchée droit dans le coeur.

"Je m'essuie le nez d'un revers de la main. Les larmes montent, mais ne m'ont pas encore trahie en coulant. Elles attendent, au bord. Si un jour j'écris mes mémoires, c'est le titre que je leur donnerai : Au Bord."

2 commentaires:

  1. L'extrait dénote une belle sensibilité. Je veux bien croire qu'il est plein d'émotion! :-)

    RépondreSupprimer