mercredi 13 mars 2019

Les abandonnés #1

Nouveau type de chronique : Les abandonnés !
Chaque année je me retrouve avec une quantité faramineuse de livres que je laisse tomber, car je ne suis pas emballée par l'intrigue, le style de l'auteur, ou simplement parce que c'est pas le bon moment. Au lieu de les remiser dans un coin où ils ne sortent jamais, et d'oublier de dire ce que j'en pense, je vais régulièrement écrire de petits avis sur le pourquoi du comment ils n'ont pas réussi à me convaincre.
On sait jamais, ça peut éviter à d'autres de se lancer dans un livre qui ne vaut pas trop le coup !


On vous a alertés sur la valeur inestimable de l’eau, vous n’avez pas voulu voir.
Alors on vous a assoiffés, et vous vous êtes entretués.
Va-t-il falloir que l’on entasse devant vos portes les cadavres de six mille de vos enfants pour que vous réagissiez enfin ?
x
Avec un résumé comme ça, je m'attendais à ce que ça envoie, qu'on soit dans un policier-dystopique, et très rapidement je me suis retrouvée dans un livre sur le terrorisme écologique au coeur de l'Afrique, soit pas du tout ce à quoi je m'attendais. Le livre m'a perdue au bout de 50 pages, alors que c'était un de ceux qui me donnait le plus envie dans les services presse des sorties à venir.


À Fresnes où il fait un séjour pour vol avec ruse, François partage sa cellule avec Medhi, un cador du grand banditisme. Ce Medhi, c’est du méga lourd. D’ailleurs, il ignore superbement François qui, de son côté, joue les serviteurs zélés. Mais au fil des semaines, les intentions de François vont se révéler...
x
On m'a vendu de l'humour noir, la 4e de couv parle d'un roman "digne du Silence des agneaux mais brossé façon Tontons flingueurs." La seule chose que j'ai trouvée, c'est un roman chiant, qui n'avance pas, avec de l'humour noir, certes, mais mal utilisé à mon goût. L'histoire est ennuyeuse, lente. Elle aurait éventuellement pu être intéressante en scénario de film, mais encore...
J'ai insisté 80 pages (ce qui représente la moitié du bouquin), avant de lâcher l'affaire. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire