mercredi 24 avril 2019

Mers Mortes - Aurélie Wellenstein


Mers et océans ont disparu. L'eau s'est évaporée, tous les animaux marins sont morts.
Des marées fantômes déferlent sur le monde et charrient des spectres avides de vengeance. Requins, dauphins, baleines..., arrachent l'âme des hommes et la dévorent.
Seuls les exorcistes, protecteurs de l'humanité, peuvent les détruire.
Oural est l'un d'eux. Il est vénéré par les habitants de son bastion qu'il protège depuis la catastrophe, jusqu'au jour où Bengale, un capitaine pirate tourmenté, le capture à bord de son vaisseau fantôme.

Commence alors un voyage forcé à travers les mers mortes... De marée en marée, Oural apprend malgré lui à connaître son geôlier et l'objectif de ce dangereux périple.

Et si Bengale était finalement la clé de leur salut à tous ?

xxx

Fan inconditionnelle de Aurélie Wellenstein, je suis tombée amoureuse alors que je découvrais sa plume dans Le Roi des Fauves. J'ai, depuis, lu tous ses romans, à une exception près (mais ça ne saurait tarder) et je dois malheureusement avouer que je retrouve de moins en moins ce qui m'a séduit chez elle, au fil de ses romans.
Bien entendu, il n'est pas question de qualité. Aurélie écrit simplement, mais très bien. Ses univers sont riches, très originaux, intenses. Et pourtant, ma plongée dans Mers Mortes n'a pas été totale, je suis restée extérieure à ma lecture, comme ça avait déjà été le cas avec La Mort du Temps. J'espérais un coup de coeur, je n'ai finalement trouvé qu'une lecture mitigée, décevante.

Pourtant les thèmes me parlent ! Ecologie, protection animale, ce sont des sujets qui font mon quotidien. Je ne sais pas ce qui m'a bloqué, mais j'étais réellement bloquée. L'histoire ne m'a pas entraînée, je pouvais fermer mon livre et ne plus y penser pendant des jours. Pourtant tout est là, donc on va remettre cette déception sur un problème personnel. Je ne remet pas du tout en cause la qualité du texte.

L'histoire est plutôt bien ficelée, les personnages charismatiques, bien qu'ils manquent un peu de descriptions. Ils sont profonds et plutôt réels. L'intrigue s'accélère et s'intensifie, ponctuée de quelques scènes de bataille et d'action qui m'ont totalement perdue (mais bon, là, peu importe l'auteur, le style, je décroche toujours pendant les scènes d'actions rapides : à cause d'une sorte d'excitation, mon cerveau va au rythme de l'action, donc lire devient trop lent, je passe toutes les descriptions en diagonale, ne lit que l'essentiel, jusqu'au moment où le rythme de l'histoire se calme à nouveau... et du coup mon rythme de lecture avec), pour aller vers un final qui est digne de l'auteure : sombre, intense, original. Je n'aime pas les happy-ending, ni les personnages trop lisses, et là dessus encore Aurélie est restée fidèle à elle-même et conclu son récit avec brio.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire